• ARKHAM TATTOO - Membre du Syndicat National des Artistes TatoueursOpen or Close

    www.s-n-a-t.org

    www.s-n-a-t.org

  • MINISTÈRE DE LA SANTÉ - Tatouage par effraction cutanée et percageOpen or Close

    Mise en œuvre
    de la technique du tatouage par effraction cutanée,
    y compris du maquillage permanent

    Arrêté du 11 mars 2009

    Fichier PDF

    Fichier PDF

    Règles générales d’hygiène & de salubrité

    1 – Les tatouages sont réalisés dans un environnement adapté

    • La mise en œuvre des techniques de tatouage est réalisée dans des locaux aérés. Ces locaux comprennent :

    a) une salle technique où se réalisent les tatouages à l’exclusion de toute autre fonction.

    Elle répond aux deux caractéristiques suivantes :

    - des sols et plans de travail en matériaux lisses, non poreux, résistants à l’usage répété de produits désinfectants et d’entretien ;

    - des surfaces lessivables, non textiles.

    Une zone de lavage des mains est comprise ou attenante à la salle technique. Elle comprend au minimum un lavabo avec robinet à fermeture automatique ou mécanique, non manuelle, un distributeur de savon liquide et un distributeur de serviettes à usage unique.

    b) Les deux espaces différenciés suivants :

    - un local dédié au nettoyage et à la stérilisation du matériel : ce local répond aux mêmes caractéristiques que la salle technique. Il comporte deux zones séparées : zone de nettoyage/désinfection des matériels et zone de conditionnement/stérilisation ;

    - un local dédié à l’entreposage des déchets et du linge sale.

    Le mobilier utilisé dans la salle technique et dans l’espace de nettoyage et de stérilisation est non poreux et facilement nettoyable.

    Le revêtement du mobilier sur lequel est installé le client est lessivable.

    Le professionnel interdit l’accès des animaux à la salle technique et au local de nettoyage et de stérilisation.

    2 – Les locaux sont entretenus de manière à garantir l’hygiène des pratiques

    • Le nettoyage de la salle technique et du local dédié au nettoyage est quotidien et réalisé par décontamination par bionettoyage humide :

    - 􏰀soit en un temps avec un produit détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers portant mention de la norme NF EN 1040 et NF EN 1275 ;

    - 􏰀soit en trois temps en appliquant successivement un détergent du commerce, un rinçage puis un désinfectant portant mention des mêmes normes.

    • Le mobilier de la salle technique fait l’objet d'un essuyage humide avec un support non pelucheux à usage unique imprégné de détergent-désinfectant, au moins une fois par jour.

    • Entre chaque client, toutes les surfaces utilisées sont nettoyées et désinfectées.

    • De plus, en cas de souillures biologiques dans la salle technique, cette salle et son mobilier sont nettoyées sans délai avec un support non pelucheux à usage unique imprégné d’un détergent-désinfectant.

    3 – Le professionnel respecte la procédure d’hygiène des mains

    • Tout bijou est retiré préalablement à la désinfection des mains.

    • La désinfection des mains de l’opérateur, est réalisée :

    - soit par un lavage hygiénique des mains avec un savon liquide antiseptique ou une solution moussante antiseptique portant mention des normes NF EN 1040 et NF EN 1499, utilisé selon la procédure standardisée de lavage des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1499 ;

    - soit par un traitement hygiénique des mains par friction avec un produit hydro-alcoolique portant mention des normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF EN 1500, utilisé selon la procédure standardisée de friction des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1500.

    • Après la désinfection des mains et pour la réalisa- tion de l’acte, l’opérateur s’équipe de gants à usage unique.

    • Les gants utilisés sont en latex, ou matière équiva- lente en cas d’allergie au latex. Ils sont marqués CE et correspondent aux dispositifs médicaux de classe II-a pour les gants stériles et de classe I pour les gants non stériles. Les gants sont changés entre deux clients, et, au minimum, toutes les deux heures au cours d’une même intervention.

    • Les gants sont retirés chaque fois que le professionnel est amené à toucher tout objet étranger à la réalisation du tatouage. Avant la reprise de l’acte, une nouvelle paire de gants est utilisée après désinfection des mains.

    4 – Le professionnel prépare la zone à tatouer selon un protocole spécifique

    La zone cutanée ou muqueuse à tatouer, propre et sans lésion, est préparée en respectant le protocole suivant en quatre phases :

    1. Détersion par savon liquide antiseptique ou solution moussante antiseptique de la même famille que l’antiseptique utilisé à la phase 4 ;

    2. Rinçage ;

    3. Séchage ;

    4. Antisepsie dermique comprenant deux badigeons successifs d’un antiseptique répondant aux normes NF EN 1040 et NF EN 1275 ; entre les deux badigeons et à l’issue du second, les temps d’action de l’antiseptique spécifié par le fabricant sont respectés, au moins jusqu’à séchage complet.

    La dépilation de la zone à tatouer est réalisée avec un système à lame à usage unique immédiatement avant la réalisation de l’acte.

    5 – Le professionnel utilise un matériel garantissant la sécurité du client en limitant les risques allergiques et infectieux

    • À chaque séance, pour chaque client, les aiguilles pénétrant la barrière cutanée sont stériles et à usage unique. Les supports d’aiguilles (buses) sont stériles et subissent après chaque utilisation la procédure décrite dans l’annexe « Protocole de stérilisation ».

    • Les autres éléments matériels reliés aux matériels cités et qui n’entrent pas en contact avec la peau ou la muqueuse du client subissent un nettoyage avec un produit détergent-désinfectant portant mention des normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF T72-180.

    Ce nettoyage est quotidien et après chaque souillure par un produit biologique.

    Les encres utilisées sont conformes à la réglementation en vigueur et utilisées selon les préconisations des fabricants. La dilution des encres est réalisée avec de l’eau pour préparation injectable.

    Le fauteuil ou lit d'examen devra être recouvert d'une protection à usage unique changée après chaque client.

    6 – Le professionnel réalise un tatouage en respectant des règles d’hygiène spécifiques

    • La table de travail est préparée avant l’acte de la manière suivante :

    Après avoir été préalablement désinfectée, elle est équipée d’un champ à usage unique sur lequel sont déposées les capsules, l’encre de tatouage et l’eau de rinçage qui ont été préparées à l’avance.

    • Lors du remplissage des capsules, le bac verseur de la bouteille d’encre ne doit en aucun cas toucher la capsule ou, le cas échéant, l’encre versée préalablement dans la capsule.

    • En cas d’utilisation de vaseline, celle-ci est prélevée de son conditionnement d’origine à l’aide d’un dispositif à usage unique.

    • Immédiatement après la réalisation de l’acte, les supports d’aiguilles sont immergés dans un bac de pré-désinfection selon les dispositions de l’annexe « Protocole de stérilisation ».

    • L’élimination des déchets assimilés aux déchets d’activités de soins à risques infectieux (notamment aiguilles et gants) respecte la réglementation qui leur est applicable.

    Ministère de la santé et des sports
    Direction générale de la Santé
    14, avenue Duquesne - 75350 Paris 07 SP
    Tél. : 01 40 56 60 00 - www.sante.gouv.fr

  • ARKHAM TATTOO - Les soinsOpen or Close

    ◊ Gardez le pansement au moins 2 heures, maximum jusqu’à demain matin.

    Si, quand vous voulez retirer le pansement, vous sentez qu’il colle à la zone de tatouage, surtout ne tirez pas dessus ! Passez le pansement sous l’eau tiède ou allez directement sous la douche avec. Les sécrétions vont se ramollir et le pansement tombera tout seul.

    En effet, après un tatouage, le corps réagit à ce qu’il considère comme une “agression” en sécrétant de la lymphe. C’est cette même lymphe mélangée à du pigment que vous retrouverez collé à votre pansement, ceci est tout à fait normal.

    Ceux qui font de gros tatouages avec beaucoup de remplissage de noir ou de couleur peuvent parfois sécréter de la lymphe pendant plusieurs jours. Il peut alors être nécessaire de refaire un pansement dans la journée avec du film alimentaire exclusivement pendant 2 à 3 jours maximum. Ceci est un cas exceptionnel. Le pansement doit absolument être retiré après votre journée de travail et vous ne devez pas en refaire pour la nuit, ceci afin de ne pas étouffer la peau car cela nuirait à votre cicatrisation !

    ◊ Rincez sans frotter à l’eau tiède avec votre savon (à diluer et faire mousser).

    ◊ Tamponnez doucement avec une serviette propre.

    ◊ Appliquez votre crème cicatrisante pendant 4 semaines :

    4 fois par jour la 1ère semaine

    3 fois par jour la 2ème semaine

    2 fois par jour la 3ème semaine

    1 fois par jour la 4ème semaine

    ◊ Appliquez une noisette de crème et bien faire pénétrer.

    Votre tattoo ne doit pas être sec (mais pas trop gras non plus, mettez la juste dose !).

    ◊ Portez des vêtements amples en coton !!!

    ◊ Évitez les bretelles ou ceintures trop serrées placées à l’endroit de votre tattoo.

    ◊ Évitez les frottements, la poussière, la sueur.

    Soyez patient tout le temps de la cicatrisation (10 à 20 jours en moyenne selon les gens) et ne “tripotez” pas votre tattoo à tout moment !

    ◊ En cas de “travaux salissants”, refaites un pansement avec du film alimentaire exclusivement et pour quelques heures seulement afin de ne pas étouffer la peau ! De même, pour un tatouage au poignet par exemple, si vous devez faire votre vaisselle ou donner le bain à un enfant.

    ◊ De manière générale, si le soleil n’est pas bon pour la peau, il n’est pas bon pour votre tattoo, protégez-le avec de l’écran total ! C’est obligatoire au moins le 1er été qui suit la réalisation de votre tatouage.

    La première semaine est décisive : prenez soin de votre tattoo mais pas trop non plus, restez zen.

    La cicatrisation de votre tatouage va se dérouler en 2 phases :

    ◊ 1ère phase :

    Vous allez perdre des petites peaux colorées, il s’agit du processus normal de régenération des couches de l’épiderme (comme après un coup de soleil). Pendant cette phase votre tatouage doit être protégé par un vêtement ample en coton afin d’éviter les frottements. Si vous faites du sport, vous devez éviter de transpirer sur la zone de votre tatouage car la sueur est acide, elle provoquera des démangeaisons et nuira à votre cicatrisation. Vous devez aussi éviter, les frottements, les coups, les mouvements répétitifs et porter un vêtement adapté. Tant que toutes les petites peaux ne sont pas tombées, la première phase de votre cicatrisation n’est pas terminée, ne grattez pas et continuez à appliquer correctement votre crème !

    ◊ 2ème phase :

    Au bout de 2 semaines environ. Vous avez passé la phase la plus critique de votre cicatrisation et passez à une phase d’entretien. Vous pouvez reprendre le sport sans contre-indication.

    Avoir toujours les mains propres avant de toucher son tattoo et ne jamais gratter !!!

    Votre hygiène de vie va elle aussi jouer un rôle essentiel dans le processus de cicatrisation. En effet, quelqu’un qui mange des aliments sains, dort suffisamment et ne consomme pas d’alcool ou de produits stupéfiants cicatrisera mieux !

    Si lors de votre cicatrisation, vous rencontrez le moindre problème : petits boutons / rougeurs / échauffement ou gonflement de la zone tatouée / sécheresse anormale : contactez-nous immédiatement !

    Il s’agit souvent d’une simple réaction : à un frottement / à la sueur / à une situation inadéquate au bon processus de cicatrisation / à la crème cicatrisante / à un vêtement trop moulant ou d’une matière inadéquate. Nous saurons vous permettre d’adapter le protocole de soin à votre situation. Nous vous rappelons qu’Arkham travaille en collaboration avec des dermatologues

    Téléphone - Arkham Tattoo :
    06 61 97 37 07

  • ARKHAM TATTOO - Les contre-indicationsOpen or Close

    ◊ Hémophilie - Hépatite - Diabète - Grossesse

    ◊ VIH (même séro asymptomatique sans traitement)

    ◊ Épilepsie - Insuffisance cardiaque - Pacemaker

    ◊ Acné - Eczéma - Psoriasis - Tendances aux allergies

    ◊ Êtes-vous allergique au latex / à la vaseline / à la lanoline /à l’iode / aux huiles essentielles ?

    ◊ Problèmes d’immunité - Tendances à s’infecter

    ◊ Traitement : anti-coagulant / à la cortisone / anti-inflammatoire

    ◊ Pour plus de précision, vous pouvez indiquer à votre tatoueur toute maladie ou traitement médicamenteux en cours...

    Avant un tattoo, pas de prise :

    ◊ d’alcool,

    ◊ de médicaments, d’aspirine,

    ◊ de stupéfiants.

    Venez détendu et reposé, un bon repas et une attitude calme vous assurent une séance sereine et moins douloureuse (sensations de picotements ou de brûlures selon les endroits et les gens).

    Après un tattoo, pas de :

    ◊ piscine ou hammam pendant au moins 15 jours,

    ◊ soleil/uv pendant au moins 15 jours puis écran total appliqué sur votre tatouage à chaque exposition le premier été qui sa réalisation.

    Pas de beau tattoo sans bonne cicatrisation, nous n’avons fait que la moitié du travail, à vous de faire le reste... et n’hésitez pas à nous contacter :

    Téléphone - Arkham Tattoo :
    06 61 97 37 07

  • JOURNAL OFFICIEL (arrêté) - Bonnes pratiques d’hygiène/salubrité - Techniques de tatouageOpen or Close

    Arrêté du 11 mars 2009 relatif aux bonnes pratiques d’hygiène et de salubrité pour la mise en œuvre des techniques de tatouage par effraction cutanée, y compris de maquillage permanent et de perçage corporel, à l’exception de la technique du pistolet perce-oreille

    NOR : SJSP0818333A

    Fichier PDF

    Fichier PDF

    La ministre de la santé et des sports,

    Vu le code de la santé publique, notamment ses articles R. 1311-1, R. 1311-4, R. 1311-5 et R. 1312-9 ;

    Vu l’article 2-V du décret no 2008-149 du 19 février 2008 fixant les conditions d’hygiène et de salubrité relatives aux pratiques du tatouage avec effraction cutanée et du perçage,

    Arrêté :

    Art. 1er. − Les annexes au présent arrêté définissent, en application de l’article R. 1311-4 du code de la santé publique, les règles générales d’hygiène et de salubrité applicables à la mise en œuvre des techniques de tatouage par effraction cutanée, y compris de maquillage permanent et de perçage corporel sans pistolet. Les annexes comportent en outre une fiche relative au protocole de stérilisation des matériels.

    Art. 2. − En cas de réalisation de l’une des techniques visées à l’article 1er du présent arrêté, de manière exceptionnelle dans des locaux provisoires tels que ceux aménagés lors de manifestations et de rassemblements, il pourra être satisfait à la réglementation en disposant, à défaut de la salle technique, de postes de travail séparés du public par une barrière physique permettant de limiter les risques de projections, les autres dispositions demeurant applicables.

    Art. 3. − Les annexes sont consultables et téléchargeables sur le site internet : www.sante-jeunesse- sports.gouv.fr.

    Art. 4. − Le directeur général de la santé est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

    Fait à Paris, le 11 mars 2009.

    Pour la ministre et par délégation :
    Le Directeur général de la santé,
    D. HOUSSIN

    ANNEXE I

    RÈGLES GÉNÉRALES D’HYGIÈNE ET DE SALUBRITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA TECHNIQUE DU TATOUAGE PAR EFFRACTION CUTANÉE, Y COMPRIS DU MAQUILLAGE PERMANENT

    1. Les tatouages sont réalisés dans un environnement adapté.
    La mise en œuvre des techniques de tatouage est réalisée dans des locaux aérés. Ces locaux comprennent :
    a) Une salle technique où se réalisent les tatouages, à l’exclusion de toute autre fonction.
    Elle répond aux deux caractéristiques suivantes :
    – des sols et plans de travail en matériaux lisses, non poreux, résistants à l’usage répété de produits désinfectants et d’entretien ;
    – des surfaces lessivables, non textiles.
    Une zone de lavage des mains est comprise ou attenante à la salle technique. Elle comprend au minimum un lavabo avec robinet à fermeture automatique ou mécanique, non manuelle, un distributeur de savon liquide et un distributeur de serviettes à usage unique.
    b) Les deux espaces différenciés suivants :
    – un local dédié au nettoyage et à la stérilisation du matériel : ce local répond aux mêmes caractéristiques que la salle technique. Il comporte deux zones séparées : zone de nettoyage-désinfection des matériels et zone de conditionnement-stérilisation ;
    – un local dédié à l’entreposage des déchets et du linge sale.
    Le mobilier utilisé dans la salle technique et dans l’espace de nettoyage et de stérilisation est non poreux et facilement nettoyable.
    Le revêtement du mobilier sur lequel est installé le client est lessivable.
    Le professionnel interdit l’accès des animaux à la salle technique et au local de nettoyage et de stérilisation.

    2. Les locaux sont entretenus de manière à garantir l’hygiène des pratiques.
    Le nettoyage de la salle technique et du local dédié au nettoyage est quotidien et réalisé par décontamination par bionettoyage humide :
    – soit en un temps avec un produit détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers portant mention de la norme NF EN 1040 et NF EN 1275;
    – soit en trois temps en appliquant successivement un détergent du commerce, un rinçage puis un désinfectant portant mention des mêmes normes.
    Le mobilier de la salle technique fait l’objet d’un essuyage humide avec un support non pelucheux à usage unique imprégné de détergent-désinfectant, au moins une fois par jour.
    Entre chaque client, toutes les surfaces utilisées sont nettoyées et désinfectées.
    De plus, en cas de souillures biologiques dans la salle technique, cette salle et son mobilier sont nettoyés sans délai avec un support non pelucheux à usage unique imprégné d’un détergent-désinfectant.

    3. Le professionnel respecte la procédure d’hygiène des mains. Tout bijou est retiré préalablement à la désinfection des mains. La désinfection des mains de l’opérateur est réalisée :
    – soit par un lavage hygiénique des mains avec un savon liquide antiseptique ou une solution moussante antiseptique portant mention des normes NF EN 1040 et NF EN 1499, utilisé selon la procédure standardisée de lavage des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1499 ;
    – soit par un traitement hygiénique des mains par friction avec un produit hydro-alcoolique portant mention des normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF EN 1500, utilisé selon la procédure standardisée de friction des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1500.
    Après la désinfection des mains et pour la réalisation de l’acte, l’opérateur s’équipe de gants à usage unique.
    Les gants utilisés sont en latex, ou matière équivalente en cas d’allergie au latex. Ils sont marqués CE et correspondent aux dispositifs médicaux de classe II (a) pour les gants stériles et de classe I pour les gants non stériles. Les gants sont changés entre deux clients, et, au minimum, toutes les deux heures au cours d’une même intervention.
    Les gants sont retirés chaque fois que le professionnel est amené à toucher tout objet étranger à la réalisation du tatouage. Avant la reprise de l’acte, une nouvelle paire de gants est utilisée après désinfection des mains.

    4. Le professionnel prépare la zone à tatouer selon un protocole spécifique.
    La zone cutanée ou muqueuse à tatouer, propre et sans lésion, est préparée en respectant le protocole suivant en quatre phases :
    1o Détersion par savon liquide antiseptique ou solution moussante antiseptique de la même famille que l’antiseptique utilisé à la phase 4 ;
    2o Rinçage ;
    3o Séchage ;
    4o Antisepsie dermique comprenant deux badigeons successifs d’un antiseptique répondant aux normes NF EN 1040 et NF EN 1275 ; entre les deux badigeons et à l’issue du second, les temps d’action de l’antiseptique spécifié par le fabricant sont respectés, au moins jusqu’à séchage complet.
    La dépilation de la zone tatouée est réalisée avec un système à lame à usage unique immédiatement avant la réalisation de l’acte.

    5. Le professionnel utilise un matériel garantissant la sécurité du client en limitant les risques allergiques et infectieux.
    À chaque séance, pour chaque client, les aiguilles pénétrant la barrière cutanée sont stériles et à usage unique. Les supports d’aiguilles (buses) sont stériles et subissent après chaque utilisation la procédure décrite dans l’annexe « Protocole de stérilisation ».
    Les autres éléments matériels reliés aux matériels cités et qui n’entrent pas en contact avec la peau ou la muqueuse du client subissent un nettoyage avec un produit détergent-désinfectant portant mention des normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF T72-180. Ce nettoyage est quotidien et après chaque souillure par un produit biologique.
    Les encres utilisées sont conformes à la réglementation en vigueur et utilisées selon les préconisations des fabricants. La dilution des encres est réalisée avec de l’eau pour préparation injectable.
    Le fauteuil ou lit d’examen devra être recouvert d’une protection à usage unique changée après chaque client.

    6. Le professionnel réalise un tatouage en respectant des règles d’hygiène spécifiques.
    La table de travail est préparée avant l’acte de la manière suivante :
    Après avoir été préalablement désinfectée, elle est équipée d’un champ à usage unique sur lequel sont déposées les capsules, l’encre de tatouage et l’eau de rinçage qui ont été préparées à l’avance.
    Lors du remplissage des capsules, le bac verseur de la bouteille d’encre ne doit en aucun cas toucher la capsule ou, le cas échéant, l’encre versée préalablement dans la capsule.
    En cas d’utilisation de vaseline, celle-ci est prélevée de son conditionnement d’origine à l’aide d’un dispositif à usage unique.
    Immédiatement après la réalisation de l’acte, les supports d’aiguilles sont immergés dans un bac de prédésinfection selon les dispositions de l’annexe « Protocole de stérilisation ».
    L’élimination des déchets assimilés aux déchets d’activités de soins à risques infectieux (notamment aiguilles et gants) respecte la réglementation qui leur est applicable.

    ANNEXE II

    RÈGLES GÉNÉRALES D’HYGIÈNE ET DE SALUBRITÉ POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA TECHNIQUE DU PERÇAGE CORPOREL

    1. Les actes de perçage sont réalisés dans un environnement adapté.
    La mise en œuvre des techniques de perçage est réalisée dans des locaux aérés. Ces locaux comprennent :
    a) Une salle technique individualisée où se réalisent les actes de perçage, à l’exclusion de toute autre fonction.
    Cette salle répond aux caractéristiques suivantes :
    – sols et plans de travail en matériaux lisses, non poreux, résistants aux produits désinfectants et d’entretien ;
    – surfaces lessivables, non textiles.
    La salle est équipée d’une zone de lavage des mains comprenant au minimum un lavabo avec robinet à fermeture automatique ou mécanique, non manuelle, un distributeur de savon liquide et un distributeur de serviettes à usage unique.
    b) Les deux espaces différenciés suivants :
    – un local dédié au nettoyage et à la stérilisation du matériel : ce local répond aux mêmes caractéristiques que la salle technique. Il comporte deux zones séparées : zone de nettoyage-désinfection des matériels et zone de conditionnement- stérilisation ;
    – un local dédié à l’entreposage des déchets et du linge sale.
    Le mobilier utilisé dans la salle technique et dans l’espace de nettoyage et de stérilisation est non poreux et facilement nettoyable.
    Le revêtement du mobilier sur lequel est installé le client est lessivable.
    Le professionnel interdit l’accès des animaux à la salle technique et au local de nettoyage et de stérilisation.

    2. Les locaux sont entretenus de manière à garantir l’hygiène des pratiques.
    Le nettoyage de la salle technique et du local dédié au nettoyage est quotidien et est réalisé par décontamination par bionettoyage humide :
    – soit en un temps avec un produit détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers portant mention de la norme NF EN 1040 et NF EN 1275;
    – soit en trois temps en appliquant successivement un détergent du commerce, un rinçage puis un désinfectant portant mention des mêmes normes.
    Le mobilier de la salle technique fait l’objet d’un essuyage humide avec un support non pelucheux à usage unique imprégné de détergent-désinfectant, au moins une fois par jour.
    Entre chaque client, toutes les surfaces utilisées sont nettoyées et désinfectées.
    De plus, en cas de souillures biologiques dans la salle technique, cette salle et son mobilier sont nettoyés sans délai avec un support non pelucheux à usage unique imprégné d’un détergent-désinfectant.

    3. Le professionnel respecte la procédure d’hygiène des mains. Tout bijou est retiré préalablement à la désinfection des mains.
    La désinfection des mains de l’opérateur est ensuite réalisée :
    – soit par un lavage hygiénique des mains avec un savon liquide antiseptique ou une solution moussante antiseptique portant mention des normes NF EN 1040 et NF EN 1499, utilisé selon la procédure standardisée de lavage des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1499 ;
    – soit par un traitement hygiénique des mains par friction avec un produit hydro-alcoolique portant mention des normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF EN 1500, utilisé selon la procédure standardisée de friction des mains décrite dans l’annexe A de la norme NF EN 1500.
    Après la désinfection des mains et pour la réalisation de l’acte, l’opérateur s’équipe de gants stériles.
    Ils sont marqués CE et correspondent aux dispositifs médicaux de classe II (a) Les gants utilisés sont en latex, ou matière équivalente en cas d’allergie au latex.
    Les gants sont changés entre deux clients. Ils sont également changés, pour un même client, après tout geste septique en cours d’acte et en cas de perçages successifs sur des zones corporelles différentes.

    4. Le professionnel prépare la zone à percer selon un protocole spécifique.
    La zone cutanée ou muqueuse à percer, sans lésion, est préparée en respectant le protocole suivant en quatre phases :
    1o Détersion par savon liquide antiseptique ou solution moussante antiseptique de la même famille que l’antiseptique utilisé à la phase 4 ;
    2o Rinçage ;
    3o Séchage ;
    4o Antisepsie dermique comprenant deux badigeons successifs d’un antiseptique répondant aux normes NF EN 1040 et NF EN 1275 ; entre les deux badigeons et à l’issue du second, les temps d’action de l’antiseptique spécifié par le fabricant sont respectés, au moins jusqu’à séchage complet.
    Le protocole doit être renouvelé après tout contact non stérile.
    Si la dépilation de la zone à percer est nécessaire, il convient de la pratiquer avec un système à usage unique immédiatement avant la réalisation de l’acte.

    5. Le professionnel utilise un matériel garantissant la sécurité du client en limitant les risques infectieux.
    Le fauteuil ou lit d’examen devra être recouvert d’une protection à usage unique changée après chaque client.
    À chaque séance, pour chaque client, les dispositifs, notamment piquants et coupants, pénétrant la barrière cutanéo-muqueuse sont stériles et à usage unique. Les autres matériels (ciseaux, pinces...) sont stérilisables. Les tiges utilisées lors d’un perçage initial jusqu’à cicatrisation et les tiges utilisées après cicatrisation sont
    conformes à la réglementation en vigueur.

    6. Le professionnel réalise un perçage en respectant des règles d’hygiène spécifiques.
    La table de travail et les dispositifs sont préparés immédiatement avant l’acte. Après avoir été préalablement désinfectée, la table de travail est équipée d’un champ stérile. Les aiguilles et tous les dispositifs stériles sont déballés en respectant les règles d’asepsie.
    Immédiatement après la réalisation de l’acte, les dispositifs à stériliser sont immergés dans un bac de prédésinfection selon les dispositions de l’annexe «Protocole de stérilisation». L’élimination des déchets assimilés aux déchets d’activités de soins à risques infectieux (notamment aiguilles et gants) respecte la réglementation qui leur est applicable.

    ANNEXE III

    PROTOCOLE DE STÉRILISATION DES MATÉRIELS

    La stérilisation du matériel réutilisable est réalisée selon les étapes suivantes :

    1. Le prétraitement ou prédésinfection : tout matériel réutilisable doit, aussitôt après chaque utilisation, être mis à tremper par immersion totale, le cas échéant après démontage, dans un bain de produit détergent- désinfectant, en respectant scrupuleusement la dilution et le temps de trempage préconisé par le fabricant. Ce premier traitement est obligatoirement suivi d’un rinçage abondant à l’eau du robinet.

    2. Le nettoyage : il suit obligatoirement la phase de prédésinfection, il est obligatoire aussi pour tout matériel en inox neuf avant la mise en service et la première stérilisation. Le nettoyage peut se faire en machine à laver ou par utilisation d’un bac à ultrasons suivant les recommandations du fabricant. Le nettoyage associe obligatoirement quatre facteurs: l’action chimique (détergent), l’action mécanique (brossage), la température et le temps (conformes aux indications du fabricant du produit détergent) ; ce nettoyage est suivi d’un rinçage abondant à l’eau du réseau et d’un séchage soigneux par essuyage avec un support non tissé ou un textile à usage unique non pelucheux. La vérification de la propreté et de la fonctionnalité du matériel avant stérilisation est indispensable pour ne stériliser que du matériel apte à remplir son rôle.

    3. Le conditionnement : il vise à préserver l’état stérile et doit être compatible avec le mode de stérilisation.

    4. La stérilisation : elle est réalisée pour le matériel thermorésistant par un procédé utilisant la chaleur humide ayant la capacité de réaliser le vide, un cycle à 134 degrés pendant 18 minutes et le séchage. Les étapes de conditionnement, préparation de la charge, mise en place de la charge, lancement et déchargement du stérilisateur ainsi que le contrôle quotidien du stérilisateur suivent les recommandations du fabricant.

    5. Alternative à la stérilisation pour le matériel thermosensible. L’usage du matériel thermosensible est déconseillé. Toutefois, s’il n’existe pas de matériel à usage unique ou de matériel thermorésistant, il sera pratiqué une procédure de désinfection de haut niveau pour ce matériel. Les étapes de prédésinfection et de nettoyage sont identiques à celles utilisées pour la stérilisation. L’étape de désinfection du matériel thermosensible est réalisée par immersion complète du matériel dans un produit désinfectant pour dispositifs médicaux thermosensibles répondant aux normes NF EN 1040, NF EN 1275 et NF T72-180 à une température et pendant une durée conformes aux recommandations du fabricant pour une désinfection de haut niveau. Immédiatement à la fin de cette étape, et en utilisant des gants stériles à usage unique, le matériel sera rincé abondamment avec de l’eau stérile en flacon versable dans un bac stérile (l’eau stérile sera renouvelée à chaque opération et le bac subira la procédure de stérilisation entre deux utilisations). À la fin du rinçage, le matériel sera séché soigneusement avec un textile à usage unique non tissé stérile. Le matériel est soit utilisé immédiatement, soit protégé par un emballage stérile et stocké dans un local propre et sec. Dans ce dernier cas, il subira une étape de désinfection avant toute nouvelle utilisation. Une fiche de traçabilité sera établie pour chaque désinfection (type de matériel, date, produits utilisés, temps, nom de l’opérateur...).

    6. Le stockage. Le matériel est étiqueté et stocké dans un endroit propre et sec.

  • ARKHAM TATTOO - Contrat client-tatoueur - Décharge de responsabilitéOpen or Close

    Décharge de responsabilité

    Votre tatouage va être pratiqué dans des conditions d’hygiène très strictes : tout le matériel étant stérile et à usage unique. Toutes les normes stipulées dans le décret de Février 2008 étant respectées tant du point de vu du protocole de travail que de la structure d’accueil. Tout problème infectieux qui pourrait survenir par la suite serait dû à un non respect des consignes de nettoyage et entretien de votre tatouage. ou bien à une allergie ou réaction à l’un des produits pharmaceutiques utilisés dont votre tatoueur, l’enseigne, les dirigeants, tiers et affiliés ne pourront en aucun cas être tenus pour responsables.

    Je soussigné(e) :

    Adresse :

    Téléphone :

    Courriel :

    sain(e) de corps et d’esprit, n’agissant sous l’emprise ni de l’alcool, ni d’aucune drogue, déclare n’avoir aucune des contre-indications mentionnées, avoir pris connaissance des soins à faire et m’engage à les respecter sans réserve. Au-delà des soins apportés après la séance de tatouage, j’ai compris que mon hygiène de vie est un élément essentiel pour une bonne cicatrisation.

    Je reconnais la mesure aléatoire de l’acte de tatouage, aucun corps, aucune peau ne réagissant de la même manière et déclare assumer l’entière responsabilité des risques et conséquences même exceptionnels qui y sont liés.

    Le :

    Lu et approuvé :

    Tatouage représentant :